Aller au contenu

Rétrospective 2021 : Level 256 revient sur les grands enjeux de l'esport de l'année (Partie 2)

En début de mois, nous évoquions avec vous les grands enjeux en termes technologique, économique et juridique de l’année 2021. Vous pouvez d’ailleurs retrouver la première partie de l’article ici. Ce mois-ci, la deuxième et dernière partie de cet article met en exergue deux tendances bien particulières : les actualités afférentes aux joueurs professionnels, nombreuses en la matière puisque les joueurs tiennent le premier rôle dans cet écosystème et les actualités concernant l’évolution de la place de l’esport au sein des grands événements sportifs, une actualité bien fournie pour cette année 2021. Bonne lecture !

Les joueurs professionnels, premiers rôles indispensables dans la pratique esportive

La structuration juridique du secteur passe également par l’encadrement des joueurs, de manière large, aussi bien concernant leur bien-être qu'en ce qui concerne leurs contrats et les contrats passés entre équipes.

10. L’évolution de l’encadrement des joueurs dans l’esport : de la grève à la prise en compte du bien-être

Les grèves ne sont pas une habitude dans l’esport, bien au contraire. Même si de plus en plus de scandales émergent et les voix s’élèvent contre certaines pratiques abusives, la grève peut paraître pour certains être un mouvement excessif compte tenu de l’importance économique des gains en compétitions. Cependant, les joueurs de Counter-Strike : Global Offensive ont décidé de changer les habitudes au début de l’année 2021. En décembre 2020 se tenaient les Finales de la BLAST Premier Fall et les joueurs ont tardé à se présenter et pour cause : ils ont initié la première grève de l’histoire du jeu ! La raison de cette grève ? BLAST, organisateur de compétitions, avait accès aux webcams des joueurs et à leurs TeamSpeak lors de la dernière compétition pour pouvoir, par la suite, diffuser quelques séquences des matchs, ce qui n’a pas plu aux joueurs qui soulignent l’absence de garantie quant à l’utilisation de ces séquences contenant des stratégies mais également des informations personnelles. L’occasion de décrypter les tenants et les aboutissants de cette grève et de mieux comprendre les enjeux.

Depuis les épisodes de grève, les structures ont pris un tournant quant à l’importance de la santé mentale et du bien-être des joueurs.

Alors que l’encadrement juridique des joueurs professionnels d’esport reste en berne et n’évolue que très peu en France et de manière générale en Europe, l’encadrement psychologique et physique des joueurs quant à lui ne cesse de progresser. En dépit de contrats peu adaptés et d’une sécurité juridique qui laisse à désirer, les équipes se concentrent effectivement sur des points tout aussi importants : la santé mentale et physique des joueurs. Au cours d’un débat passionnant dans l’émission L’Equipe Esport, de nombreuses évolutions ont pu être soulevées, prouvant ainsi que l’esport est un secteur qui se pérennise, se professionnalise pour que les joueurs soient encadrés au mieux et éviter les nombreuses dérives ou soucis mentaux et physiques. Entre débats entre joueurs, managers et commentateurs et intervention d’une psychologue spécialisée, l’esport montre aujourd’hui qu’il sait prendre soin de ses pépites ! Quelles sont ainsi les évolutions dans le secteur ? On analyse cela ci-dessous !

Lire l'article "Pour aller plus loin" sur l'évolution de l'encadrement des joueurs esport 

Cependant, se préoccuper de la santé mentale et du bien-être des joueurs ne suffit pas tout le temps. En effet de plus en plus, les joueurs ou des journalistes spécialisés pointent du doigt les abus de certaines structures quant aux clauses prévues dans les différents contrats.

11. Transferts de joueurs et accords de non-concurrence entre équipes : où sont les limites ?

Les contrats de joueurs sont un enjeu clé dans la structuration de l’écosystème esportif. En France, les contrats de joueurs sont souvent sujets à débat, notamment au regard de l’inapplicabilité du CDD esportif prévu par la loi de 2016. Au-delà de nos frontières également, de plus en plus de joueurs dénoncent les pratiques contractuelles de certaines équipes. Un joueur a notamment fait parler de lui récemment : Perkz. Joueur de League of Legends au sein de l’organisation Cloud9 et anciennement chez G2 Esports, ce dernier n’a pourtant pas pu signer avec Fnatic, équipe européenne et surtout grande rivale de G2 Esports. La cause ? Un accord de rachat entre G2 et Cloud9 interdisant la vente du joueur croate à l’équipe européenne, pour une durée de trois ans. Une plainte a donc été formulée par Fnatic pour dénoncer le caractère abusif de cette clause. Quelles sont ainsi les limites de ce type de clauses en ce qui concerne les joueurs professionnels actuellement ? On décrypte cela !

Lire l'article "Pour aller plus loin" sur les accords de non-concurrence entre équipes

En effet, plus l'institutionnalisation du secteur et l’encadrement des joueurs sera clair, plus les transferts et ventes de diverses équipes pourront pérenniser le secteur, quitte à faire entrer certaines structures en bourse et ainsi pouvoir se développer plus sereinement.

12. Les nouvelles politiques économiques des structures : l’exemple de l’entrée en bourse des équipes

Après Astralis au NASDAQ (New-York) et Guild Esports au NYSE (Londres), c’est désormais la structure multi-gaming FaZe Clan qui fait son entrée à la bourse newyorkaise, à la suite d’une fusion réussie avec le groupe B.Riley Principal 150 Merger Corp (BRPM), valorisant la structure esportive à plus d’un milliard de dollars. La fusion des deux entreprises devrait d’ailleurs avoir lieu début 2022, pour une entrée au NASDAQ à la suite. Cette entrée servira notamment à développer d’autres entités appartenant à la structure, sous le nom de FaZe Comms et à étendre la notoriété de cette dernière dans certains domaines : jeux vidéo de manière large, univers du divertissement, contenus, métavers etc. Avec une telle valorisation, FaZe Clan, renommée FaZe Holdings Inc. à cette occasion, se veut être la première licorne de l’esport. Mais quelles sont réellement les opportunités d’une telle entrée en bourse pour cette dernière et pour l’écosystème ? Réponses ci-dessous !

Lire l'article "Pour aller plus loin" sur l'entrée en bourse des équipes esportives

En parlant de belle réussite économique, comment ne pas évoquer l’ascension fulgurante de la Karmine Corp, notamment grâce à l’engagement fort des fans et des politiques de sponsoring et de médiatisation puissantes.

13. L’ascension de nouvelles équipes : le study-case du phénomène Karmine Corp

Tout début mai 2021, la France était à nouveau sur le toit de la scène mondiale de League of Legends, après que la LFL ait beaucoup fait parler d’elle et de ses audiences exceptionnelles. Après avoir remporté le Spring Split de la LFL et s’être qualifiée d’office pour les European Masters, la Coupe d’Europe des championnats nationaux de League of Legends, la Karmine Corp s’est hissé à la première place de cette compétition qui a battu ses records d’audience. La Karmine Corp a donc dominé (presque) toutes les compétitions dans lesquelles elle a concouru depuis ses débuts, faisant exploser les audiences partout où elle est passée. Car encore plus impressionnant que son palmarès, il faut bien avoir en tête que la Karmine Corp n’existait pas il y a encore quelques mois. Nouvelle venue sur la scène de League of Legends, la Karmine Corp s’impose désormais comme une équipe phare de la scène européenne voire mondiale et devient un réel vivier de joueurs prometteurs. Comment cette équipe a-t-elle réussi son ascension ? Quels sont ses modèles et ses secrets ? On décrypte tout cela si ça vous intéresse !

Lire l'article "Pour aller plus loin" sur l'ascension de la Karmine Corp

Les grands sujets de l’esport ont été présentés dans cette rétrospective. Tous ? Non ! Un dernier sujet résiste encore et toujours à une grande évolution. Et les différents rebondissements n’ont pas toujours été faciles à suivre sur le sujet. Focus sur l’esport au sein des grands événements sportifs internationaux.

 

Focus : L’esport et son évolution au sein des grands événements sportifs internationaux

Cette année 2021, année olympique malgré elle, a été l’occasion pour l'esport de prendre une tout autre dimension, notamment grâce à la création des Olympic Virtual Series et à l’arrivée de l’esport aux Jeux Asiatiques d’Hangzhou 2022. Même si les pas du CIO sont encore timides en la matière, certaines évolutions sont à souligner et dessinent des perspectives encourageantes pour les années à venir.

14. Le CIO et les sports virtuels : entre opportunités pour l’esport et désillusions

Comment balayer l’actualité esport sans mentionner l’organisation des Olympic Virtual Series, définis comme le premier événement esport sous la coupe du CIO ? Le Comité International Olympique a finalement tranché en faveur de compétitions en ligne sur certains jeux vidéo et a ainsi conclu un partenariat avec 5 fédérations et 5 éditeurs de jeux. Ont été organisées à Tokyo en amont des Jeux des compétitions en ligne de cyclisme, de voile, d’aviron, de baseball et de course automobile ! En effet, même si le terme « esport » est un peu fort puisqu’il s’agit plutôt de sport connecté, c’est un premier pas encourageant de la part du CIO qui tend à se familiariser de plus en plus avec la pratique du jeu vidéo en ligne. Même si le CIO a souhaité garder un aspect « physique » pour ces Jeux Olympiques et Paralympiques, la porte s’ouvre de plus en plus pour l’intégration de compétitions à la nature plus esportive pour les années à venir, une volonté franche de la part des acteurs du secteur qui souhaitent aller plus loin. Paris 2024 pourrait-il ainsi devenir un exemple à suivre ? On analyse cela juste après !

En parallèle de ces Olympic Virtual Series se tenait également l’Intel World Open, un tournoi sur des jeux esportifs qui n’a pas rencontré le succès escompté, remettant potentiellement en cause l’implication de l’esport dans les grands événements sportifs internationaux.

L’Intel World Open s’est tenu en marge des Jeux Olympiques de Tokyo, courant juillet 2021. Très peu médiatisé, le tournoi engageait des joueurs de différentes nationalités, qualifiés préalablement en phases régionales sur deux jeux : Street Fighter V et Rocket League. Les français ont d’ailleurs brillé sur les différentes scènes, ce qui a engendré un enthousiasme tout particulier pour les professionnels du secteur. Toutefois, le bilan de ce premier tournoi dans lequel des esportifs représentaient leurs nations plutôt que leurs clubs depuis les World Cyber Games est plutôt mitigé. Même si les joueurs ressentaient l’opportunité d’un tel événement, le manque de visibilité et de mise en avant des compétitions ainsi que quelques soucis techniques ont pesé sur la réussite globale et l’enthousiasme naissant d’un tel événement. L’Intel World Open, réel échec ou opportunité à mettre en avant pour Paris 2024 ? On décrypte cela !

Lire l'article "Pour aller plus loin" sur le CIO, les sports virtuels et les liens avec l'esport

Malgré tout, une progression est à mettre en avant, notamment en ce qui concerne l’ascension de l’esport lors des Jeux Asiatiques prévus en 2022 en tant que discipline officielle.

15. L’esport à Hangzhou 2022 : nouveau pas vers la reconnaissance de l’esport ?

Alors que le comité international olympique (CIO) se pose encore la question d’inclure de l’esport en annexe des Jeux Olympiques et Paralympiques, les Jeux Asiatiques ont décidé de franchir un pas de manière plutôt affirmée. En effet, pour les Jeux Asiatiques d’Hangzhou en 2022, 10 disciplines esportives seront présentes. Jusqu’ici rien de très étonnant quand on sait que l’Asie n’a jamais eu trop de difficulté à reconnaître l’esport comme une discipline sportive à part entière, mais le vrai pas en avant est celui-ci : sur les 10 disciplines présentes, 8 seront médaillables et sur des jeux renommés : League of Legends, DotA 2, Hearthstone, FIFA, PUBG Mobile ou encore Street Fighter V. Des licences 100% esport ici ! Cette évolution majeure n’est pas sans questionner la reconnaissance de l’esport en tant que sport dans toute l’Asie, alors que la Thaïlande vient officiellement de reconnaître ce dernier comme tel. Quelles sont les évolutions en matière de reconnaissance institutionnelle de l’esport ? On décrypte si cela vous intéresse !

Lire l'article "Pour aller plus loin" sur l'esport à Hangzhou 2022

Alors quel bilan peut-on tirer de cette année 2021 ? Malgré la crise sanitaire toujours présente, cette année a vu naître de belles perspectives en ce qui concerne l'avancée des nouvelles technologies et de leurs liens avec l'esport, mais aussi concernant le développement économique. Il est possible de voir se dessiner de nouveaux modèles, axés sur la diversification des revenus, notamment au regard de l’aspect divertissant de la pratique esportive.

Les perspectives 2022 prennent un tournant particulier, avec des changements de modèles économiques et d’ambitions multiples, se rapprochant de l’aspect culturel de la pratique. L’aspect juridique devra alors répondre au mieux aux changements de paradigmes que le secteur esportif s’apprête à connaître.

L’esport se démocratise, s’institutionnalise, les acteurs coopèrent plus fortement encore que l’année précédente, changeant ainsi les stratégies : jusqu’alors en concurrence, nombre d’acteurs évoluent vers une logique de partenariat. Les tendances de cette nouvelle année se dessinent, acteurs de l’écosystème : c’est désormais à nous d’agir !

Article rédigé par Emeline Guedes