Aller au contenu

Publié le :

Des événements accessibles et inclusifs au service du vivre ensemble

#Bonnes Pratiques

(Source : Département d’État/Doug Thompson)

D’après l’OMS, environ 25% de la population mondiale souffre aujourd’hui de troubles sensoriels, moteurs, cognitifs, mentaux... qu’ils s’agissent de seniors ou de personnes en situation de handicap, de façon temporaire, évolutive ou irréversible[1]. En France, l’INSEE estime à près de 13 millions le nombre de personnes en situation de handicap, soit près de 20% de la population active française[2]. Ces chiffres peuvent paraitre élevés, mais résultent du fait que 80% des personnes en situation handicap sont porteuses d’un handicap invisible (sensoriel, cognitif ou psychique)[3].

 

Dans le cadre du mieux vivre ensemble, de l’organisation d’événements sportifs et culturels majeurs sur le sol français et de l’accueil de millions de touristes chaque année, favoriser l’accessibilité universelle à l’ensemble du public est plus que jamais un enjeu clé auquel doivent répondre les pouvoirs publics, avec l’aide des acteurs de l’innovation.

 

Une évolution nécessaire

Depuis maintenant un an, les événements se réinvitent dans nos villes. Malgré un regain de la pandémie en début d’année, les professionnels du secteur ont su s’adapter, bien décidés à recréer les conditions optimales de rencontres et d’échanges indues naturellement par la dimension physique d’un événement. Chaque année, ce sont ainsi plus de 380 000 événements organisés en France par les entreprises et institutions qui reprennent un nouveau départ.

Au sein du pôle Vitalité, nous nous sommes intéressés à la manière dont nous pouvions rendre ces événements plus accessibles et inclusifs et ainsi permettre d’en faire bénéficier le plus grand nombre.

Nous avons tenté d’observer et de comprendre quelles étaient les étapes clés, les points pivots qui pouvaient empêcher ou limiter l’accès du plus grand nombre. Pour certains, il suffit de respecter les normes PMR pour communiquer sur l’accessibilité. Or, les barrières sont nombreuses et apparaissent souvent bien plus tôt que sur le lieu de l’évènement. Ainsi, de l’inscription, au déplacement, en passant par l’accès à des services de mobilités urbaines, de logement, sans omettre l’expérience événementielle, les points de blocage peuvent être multiples.

 

Le programme d’actions « Mission handicap »

Dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, Paris&Co, l'agence de développement économique et d’innovation de Paris et de la métropole, a déployé en 2019 le programme d’actions « Mission handicap ». Avec le soutien de la Ville de Paris, l’objectif est de soutenir toutes les solutions favorisant l’autonomie des personnes et de développer l’innovation dans le domaine du handicap et de l’accessibilité.

Dans cette dynamique, Paris&Co et la Ville de Paris organisent chaque année de nombreux événements ayant pour but de sensibiliser les professionnels et entrepreneurs aux enjeux de l’accessibilité et de faciliter les rencontres au sein de l’écosystème de l’innovation inclusive. Le 9 mars dernier se tenait par exemple « Le parcours des solutions : Edition spéciale JO d’hivers », à l’Accor Hôtel Arena de Paris. Plus d’une trentaine de startups étaient présentes avec pour objectif d’exposer leurs solutions innovantes, favoriser la collaboration entre les grands groupes privés et les entrepreneurs du secteur et mettre en avant une approche centrée utilisateur grâce à la démarche de l’innovation inclusive.

Dans la continuité, le 11 mai dernier, la Ville de Paris et Paris&Co ont eu l’honneur d’accueillir Andrew Parsons, président du Comité international paralympique, afin de lui présenter un panel de solutions innovantes favorisant l’accessibilité des infrastructures et des événements.

Outre ces temps forts en faveur de l’innovation, Paris&Co facilite aussi les collaborations entre les grandes entreprises et les startups. Pour exemple, à l’occasion de la dernière journée internationale des personnes handicapées, la Macif a fait appel à Keia pour rendre plus inclusif sa plateforme numérique. Cette startup permet notamment de traduire, via une IA incarnée par un avatar, certains contenus d’un site internet en langue des signes. Une initiative à destination des personnes sourdes et malentendantes mais aussi des usagers rencontrant des difficultés de lectures. L'existence de cette option de traduction sur les services de la Macif constitue ainsi un progrès notable pour tous les oubliés de l'accessibilité numérique.

De ce fait, à travers ces marques d’intérêts fleurissantes, nous constatons que les décideurs se mobilisent afin de rapprocher et fédérer les nombreux acteurs de l’inclusivité et de l’événementiel.

 

Repenser les usages vers une accessibilité universelle

Chez Paris&Co, nous sommes convaincus qu’il est possible de repenser une société plus inclusive. Une société qui innove durablement pour compenser les situations de handicap et réduire les inégalités en diffusant largement des outils et services permettant de renforcer l'accessibilité universelle. Que ce soit pour aménager des espaces du quotidien, renforcer l’accessibilité des équipements et des services, faciliter la mobilité ou offrir de nouvelles expériences événementielles… Ces solutions existent en France comme à l’international, en voici un aperçu.

 

 

Préparer son parcours et accéder aux services numériques

Pour accompagner au mieux l’évolution de l’accessibilité, il convient d’appréhender chaque étape du parcours et cela commence dès le domicile de l’usager. Lors d’un déplacement, que ce soit sur un événement ou dans la ville, nous avons besoin d’avoir accès à un certain nombre de services en ligne. Inscriptions, réservation d’un transport, trouver un logement… c’est avant tout l’accessibilité numérique qui rentre en compte ici.

 

Renforce l’accessibilité pour les commerces et services

Pour commencer, nous pourrions reprendre l’exemple de Keia, mais d’autres applications comme Lisio s’installent directement sur un site internet pour rendre son contenu directement accessible aux différents profils utilisateurs. La startup U31 permet également d’adapter les contenus numériques pour les personnes rencontrant des difficultés de lectures ou de compréhension de l’écriture. En se basant sur une intelligence artificielle, les retours utilisateurs et les règles linguistiques, la solution adapte automatiquement le texte d’un site, en fonction de l’internaute. Handicaps visuels, cognitifs, moteurs ou encore difficultés liées à l’âge, ces solutions sont la première étape à intégrer afin de rendre un dispositif numérique accessible à tous.

Commençons maintenant notre parcours. Il est tout d’abord difficile de trouver un logement adapté à un handicap spécifique. Toolib ou encore Mobee Travel proposent dans ce sens des plateformes communautaires mettant en relation des voyageurs en situation de handicap avec des propriétaires de logements adaptés partout en France. À la manière d’un Airbnb, il suffit de rentrer ses critères de recherche (lieu, date, prix, nombre de personnes…), de spécifier son handicap et ainsi trouver le logement idéal pour son séjour. On peut également citer Yoola, l’agence de voyage spécialisée dans les événements accessibles. Elle propose un accompagnement sur mesure, de la réservation du transport et du logement, jusqu’au retour au domicile.

Que ce soit en amont du déplacement ou une fois sur place, trouver un commerce accessible n’est pas souvent une mince affaire. Jaccede est également une plateforme qui permet, cette fois-ci, de trouver tous les commerces adaptés pour accueillir des personnes en situation de handicap à proximité. Supermarché, boulangerie, pharmacie, restaurant… tout y est référencé en détail par la communauté d’utilisateurs. Donnant ainsi toutes les informations sur l’accessibilité d’un commerce avant de s’y rendre.

L’accessibilité à des services va de pair avec la gestion de son compte bancaire. Donner plus d’autonomie de paiement aux déficients visuels, c’est le défi que s’est lancée la startup Handsome. Cette dernière propose une carte bancaire connectée qui, dès l’insertion dans un terminal de commerce, dicte oralement l’ensemble du protocole de paiement à l’utilisateur. En plus de ce dispositif innovant, Handsome propose aussi une application de suivi bancaire intuitive et sécurisée ainsi qu’une couverture d’assurance personnalisable.

 

Une fois sur place

Après avoir répondu aux besoins en amont du déplacement, d’autres problématiques sont également à prendre en compte une fois sur place. Se déplacer de manière autonome dans la ville, avoir accès à des dispositifs facilitant le quotidien mais également renforcer la communication entre les usagers sont ainsi des notions clés à considérer dans la suite de ce parcours.

 

 

Facilite la mobilité grâce à de nouveaux modes de transports, d’usages et de guidages

L’un des premiers obstacles qui vient à l’esprit lorsque l’on parle d’accessibilité est souvent celui de la mobilité. Se déplacer dans une ville comme au cœur d’un événement peut parfois s’avérer périlleux sans dispositif de transport ou de guidage adapté. Cependant, en se spécialisant en fonction du handicap, de très nombreuses solutions voient le jour chaque année.

On peut par exemple citer l’application StreetCo : un GPS collaboratif pour piéton adapté aux personnes en situation de handicap et à mobilité réduite. Alimentée en temps réel par les utilisateurs, cette solution s’adapte en fonction du handicap en proposant l’itinéraire le plus favorable tout en indiquant l’accessibilité des lieux à proximité. Une application facilement cumulable avec le dispositif Rango de GoSense. Un boitier électronique à fixer sur une canne blanche traditionnelle, qui permet aux personnes déficientes visuelles de mieux détecter les obstacles et de se repérer plus facilement lors de leurs déplacements.

Mais connaitre le chemin ne suffit pas toujours lorsque l’on n’a pas de moyen de locomotion pour l’emprunter. Pour ce faire, le GlobeTrotter de la startup Omni est un système permettant à toute personne en fauteuil d’utiliser une trottinette électrique. Ce dispositif universel, qui se place sous le fauteuil, permet à l’utilisateur de se fixer à la trottinette et de pouvoir se déplacer en toute autonomie au quotidien. Pour les plus longs trajets, VeebyA proposent quant à eux une application de réservation de chauffeurs spécialisés dans la mobilité réduite. Taxi, VTC, transporteurs… elle met directement en relation l’utilisateur avec un chauffeur et son véhicule adapté.

Pour les personnes souffrant de maladies impactant leurs mobilités, Walk With Path a mis en place le dispositif Path Finder. Un outil médical à placer sur les chaussures permettant de stabiliser le mouvement et de faciliter la marche et les déplacements du quotidien. La startup d’origine danoise accompagne notamment de nombreuses personnes atteintes de la maladie de Parkinson à retrouver leur autonomie.

Enfin, mention spéciale à Gyboost et sa solution Moovy+. Un fauteuil robotisé avec assistance à la conduite qui se range tout seul dans n’importe quel véhicule. La startup a récemment remporté l’appel à projet JOP Paris 2024 et déploiera 390 fauteuils robotisés près des 39 sites Olympiques et Paralympiques de Paris, ainsi que 160 solutions fauteuils et porte-fauteuils dans 10 agences de location de voitures pendant toute la durée de l’événement.

 

Renforce l’accessibilité grâce à des équipements et usages du quotidien

Faciliter la communication parmi une pluralité de publics est essentiel lorsqu’on évoque d’accessibilité universelle. Pour permettre à toutes les personnes de communiquer avec leurs proches et entourages, quels que soient leurs handicaps, la startup française Wyes a développé une paire de lunettes connectée qui permet de communiquer en clignant des yeux. Le dispositif détecte les mouvements volontaires des yeux et des muscles, agissant comme des commandes avec les objets connectés du quotidien (tablette, ordinateur, smartphone, domotique...). Développé en continu avec des personnes en situation de handicap, leurs proches et le personnel clinique, cette paire de lunette sera bientôt commercialisée et accessible à tous. Pour faciliter cette communication, on retrouve également Ava et son outil de sous-titrage. L’application apporte aux personnes sourdes ou malentendantes, ainsi qu'aux organisations inclusives, une solution de sous-titrage en direct qui prend en compte toutes les situations.

Communiquer n’est parfois pas suffisant pour certaines personnes, notamment lorsqu’une situation devient difficile dans l’activité de son quotidien. Pour tenter d’apporter de l’aide à ce public, des solutions comme Be My Eyes ou encore Lpliz existent. Ces dernières mettent en relation des personnes en situation de handicap ayant besoin d’une aide spécifique avec des utilisateurs disponibles pour apporter un soutien temporaire dans une tâche quotidienne, que ce soit à distance, via la vidéo ou en physique.

Enfin, il semblait aussi important de mettre en avant l’inclusivité des équipements et des usages en avant, c’est pourquoi des startups comme Eazilee ou encore Handieasy sont aussi à citer dans cette liste. En effet, cette dernière propose des équipements inclusifs pour les personnes en fauteuil facilitant les gestes simples du quotidien tel que boire de l’eau ou encore utiliser son smartphone et sa tablette. La marque de vêtements Constant & Zoé propose de son côté une collection de produits et d’accessoires modernes, inclusifs et totalement adaptés à toutes les typologies de handicap. Les vêtements sont rapides et faciles à enfiler grâce à des matières élastiques et des coupes amples, mais répondent surtout aux problématiques quotidiennes et spécifiques rencontrées par une personne en situation de handicap.

 

Sur les lieux de l’événement

Ici, c’est avant tout à l’organisation de l’événement de savoir adapter son lieu, ses services et sa représentation afin de rendre l’expérience inclusive. Pour ce faire, ils peuvent compter sur de nombreuses solutions physiques et numériques, spécialisées sur ces problématiques spécifiques. De l’accueil de personnes et l’aménagement des espaces, jusqu’à proposer de nouvelles expériences spectateurs.

 

Aménager des espaces accessibles à tous

Une des principales problématiques liées à l’organisation d’un événement inclusif est d’aménager, voire de repenser l’espace disponible pour favoriser l’accessibilité. Tout d’abord grâce à des outils domotiques, comme avec Dot In Corp et son kiosque inclusif qui rend accessible les plans de signalisation dans les lieux publics ou privées. En effet, à l’occasion des JO de Pyeongchang de 2018, la startup coréenne a dévoilé un dispositif tactile, adapté aux diverses typologies de handicaps, permettant la prise en main et la lecture intuitive d’un plan interactif. Que ce soit dans une gare ou à l’intérieur d’un stade, cette solution s’adapte totalement en fonction de son environnement.

Entre l’installation et la maintenance, un dispositif domotique a néanmoins un prix. Dans ce cas, pourquoi ne pas exploiter l’efficacité des smartphones que nous avons tous dans nos poches. Ainsi, des solutions comme Right Hear, Evility ou encore EzyMob proposent des systèmes de guidage connectés à mettre en place à l’intérieur des bâtiments, événements ou lieux publics. Via son smartphone, l’utilisateur peut alors activer le dispositif pour profiter d’une navigation simple et sécurisée, en complète autonomie, dans des lieux parfois complexes et bondés. Connaitre sa localisation, accéder aux toilettes ou à un service de restauration est ainsi rendu bien plus intuitif.

Cependant, un lieu sans indications claires et universelles devient vite un labyrinthe. Pour y remédier, cela passe le plus souvent par l’utilisation de pictogrammes qui aident grandement le repérage et le guidage des usagers. Dans ce sens, l’agence Picto Access accompagne les territoires et les institutions afin de repenser la signalétique de leurs lieux et y favoriser ainsi l’autonomie et l’inclusion de tous. Établissement recevant du public, logement, transport, environnement de travail… l’agence souhaite répondre aux enjeux des acteurs sociaux et économiques dans le but d'améliorer leurs conditions d'accueil.

 

 

Offrir de nouvelles expériences événementielles inclusives

Un événement, qu’il soit culturel ou sportif, a pour but d’apporter une certaine expérience aux spectateurs, mais cette expérience doit être également inclusive pour ainsi être vécu par l’ensemble du public. Quel que soit le handicap ou les contraintes rencontrées, les événements doivent aujourd’hui y être préparé et pour ce faire, les organisateurs peuvent s’appuyer sur l’expertise de startups spécialisées.

On peut tout d’abord évoquer Odiho et son système audio qui permet de vivre un événement par le son, simplement grâce à son smartphone et ses écouteurs. La startup française collabore notamment avec des enceintes sportives. Ainsi, il suffit de flasher un QR code à l’intérieur du stade pour profiter de l’ambiance et des commentaires en direct. Une solution inclusive, plus particulièrement destinée aux déficients visuels et aux malentendants.

Les fans et les supporters en situation de handicap doivent aussi pouvoir vivre des expériences au plus près de leurs artistes et athlètes favoris. Dans ce sens, Awabot a mis au point un robot de téléprésence permettant aux personnes isolées physiquement de pouvoir vivre des expériences événementielles et d’échanger avec leurs interlocuteurs. Connecté au dispositif depuis un ordinateur, l’utilisateur peut contrôler le robot à distance pour interagir et se déplacer librement au sein de son environnement. Le dispositif avait notamment été mis en place lors du dernier Grand Prix d’Espagne de F1 afin offrir aux fans isolés physiquement une rencontre avec leurs pilotes favoris.

Et si les événements se tournaient davantage vers la réalité augmentée pour s’ouvrir à l’inclusivité ? De nombreuses solutions telles que Immersiv.io, Vrroom ou encore AmazeVR existent déjà et permettent de vivre de nouvelles expériences événementielles à distance, via des casques VR. D’autres, à l’instar de VirtualAcces ou TeleportIN, se sont spécialisées vers ce public en situation de handicap. Ces dispositifs immersifs se multiplient et offrent aux représentations culturelles et sportives la perspective de s’adresser à de nouveaux publics. Une véritable opportunité pour des personnes isolées, à mobilité réduite ou soumises à des contraintes pour vivre des expériences événementielles. Dans cette dynamique, comment ne pas également évoquer l’émergence du metaverse et les concerts qui fleurissent au sein de Roblox ou Fortnite, pour ne citer qu’eux. Vous l’aurez compris, les possibilités sont encore vastes et les avancées numériques peuvent aussi très bien contribuer à l’inclusion et l’accessibilité.

 

Réduire les barrières de l’accessibilité présente de nombreux avantages tant pour l’individu que pour l’organisateur – à l’individu celui d’avoir l’opportunité de vivre des émotions, de créer et partager des souvenirs inoubliables et pour l’organisateur, celui d’augmenter la taille du marché adressé en s’ouvrant à de nouveaux clients potentiels. Comme évoqué dans l’introduction, ce sont 13 millions de personnes en France qui aujourd’hui n’ont pas toujours accès aux loisirs et expériences de leurs choix. Mais avant d’innover, il convient aussi d’écouter, de comprendre. C’est alors aux politiques publiques, aux acteurs de l’innovation de travailler conjointement afin de donner aux personnes en situation de handicap la capacité d’agir, de concevoir et de décider avec eux. L’usager est trop souvent oublié lorsque c’est lui qui connait mieux que quiconque les contraintes et besoins du quotidien. Paris inclusive et accessible. C’est l’un des slogans que souhaitent porter haut et fort les organisateurs et la Ville de Paris pour les Jeux olympiques et paralympiques en 2024. N’attendons plus et profitons de la force des Jeux pour faire de nos territoires et de la France, une étape décisive vers une société totalement inclusive où règnent le bien-être individuel et le mieux-vivre ensemble.

 

Retrouvez d’autres éventails de solutions et d’initiatives innovantes en vous abonnant à la Newsletter Vitalité : https://app.mailjet.com/widget/iframe/55Lu/MlB

 

 

[1] Rapport mondial sur le handicap, OMS, 2012

[2] Enquête HID, Insee, 2001

[3] APF France Handicap, 2022

 

Partager sur :

Lire aussi #Bonnes Pratiques

Manger, bouger et… dormir, le troisième enjeu phare de santé publique

propulsé par Tech Care Paris

Le Programme National Nutrition Santé, plus connu grâce au slogan « manger, bouger », suscite depuis plusieurs années de nombreuses controverses. Outre la remise en cause de certaines préconisations par les professionnels du secteur médical, c’est également l’absence d’un des piliers phare de la santé qui est décrié, une composante essentielle au bien-être de l’individu : le sommeil. Même s’il est parfaitement établi qu’il est crucial pour de nombreuses fonctions biologiques de notre corps, il n’en reste pas moins mystérieux, notamment pour le grand public.