Aller au contenu

Publié le :

Belle Histoire n°16 : Trajectoire vers la neutralité carbone de nos villes : Comment accélérer le passage à l’action ?

#Bonnes Pratiques

Atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C : voici l’ambition portée par l’Accord de Paris,  signé en 2015 par l'Union européenne et 191 États. Le compte à rebours est lancé depuis et les crises climatiques successives de ces dernières années, nous rappellent chaque jour un peu plus la nécessité d’agir vite ! 

Concentrant 75% des émissions de GES, nos villes portent une responsabilité majeure dans cette mutation à opérer. La chasse au carbone a déjà commencé à guider la pratique des métiers et est en train de transformer tout un secteur qui s’empare de cet enjeu vital pour l’avenir de nos sociétés. Pour y parvenir, deux grands leviers doivent être actionnés : 

1. L’évitement et la réduction des émissions à travers la rénovation énergétique du parc existant, la décarbonation des procédés constructifs ou encore l’intensification des usages. 

2. L’augmentation des puits de carbone pour séquestrer les résidus d’émission, notamment à travers des actions de reboisement ou de restauration des sols. 

 

Pour cette 16ème Belle Histoire, plongez avec nous dans les abysses de la neutralité carbone à travers les démarches de 4 projets remarquables : l’Institut de l'Économie pour le Climat I4CE, la Coopérative Carbone Territoriale de la Ville de Paris et la Métropole du Grand Paris, le fond d’investissement dans les secteurs de la transition écologique Demeter et la startup EcoTree. Bonne lecture !

 

Observer, analyser et aiguiller les prises de décision 

Comment intégrer concrètement les enjeux climatiques dans les activités des institutions financières ? Des entreprises ? Des territoires ? Quelles sont les politiques liées au climat les plus prometteuses pour atteindre la neutralité carbone ? Voici les questions auxquelles l’association I4CE (Institute for Climate Economics) tente de répondre en mettant à profit l’expertise de ses équipes dans les domaines de l’économie et de la finance. Et donc, qu’observent-ils ? Si l’objectif pour la France est d’atteindre la neutralité carbone en 2050 en réduisant ses émissions de 40% d’ici 2030 (objectif qui doit être porté à 55% suite à la révision à la hausse des ambitions de l’UE) et en augmentant les capacités de séquestration sur le territoire national, la bataille est loin d’être gagnée puisque le pays se trouve… un peu en retard sur son planning! Pourquoi ? Bien que les investissements climat aient augmentés en 2020, le niveau global de moyens investis reste trop faible par rapport aux ambitions portées par le pays. Mais alors.. que faire ? Augmenter de 13 à 15 milliards d’euros par an l'investissement public et privé jusqu’en 2023 : voilà ce dont nous aurions besoin pour pouvoir prétendre suivre notre trajectoire vers la neutralité carbone. Comment ? Un des maillons clés dans cette transition réside dans le pouvoir des collectivités : à la fois porteuses et financeuses d’investissements, celles-ci ont la capacité de se positionner autant sur la transition écologique du bâti (rénovation, procédés constructifs, etc.), de l’énergie (réseaux de chaleur, développement des EnR…), des déchets, des transports, de l’agriculture, de l’alimentation, des forêts mais aussi de l’industrie.

 

Amplifier les financements de la transition grâce à une Coopérative Carbone Territoriale 

Créer un intermédiaire entre financeurs et projets de la transition en quête de financements : voici l’idée qui se cache derrière la Coopérative Carbone Territoriale, projet commun de la Ville de Paris et de la Métropole du Grand Paris en cours de préfiguration. Cette coopérative vise à massifier les financements au service de la réduction des émissions carbone du territoire francilien et de leur compensation/contribution, tout en valorisant les projets locaux. Institutions, entreprises, fédérations, organisations et citoyens : tous les acteurs de la société auront l’opportunité de contribuer financièrement au développement de projets qui participent à la transition écologique du territoire. A travers son statut de société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), le projet souhaite impliquer les acteurs du territoire en s’appuyant sur l’expertise de chacun. Envie de vous investir dans la transition vers la neutralité carbone ? Un Appel à Manifestation d’intérêt (AMI) est ouvert jusqu’au 15 Mars 2022.

Orienter les investissements vers des projets à impact

Acteur majeur de l’investissement dans les secteurs de la transition écologique, Demeter place ses actifs auprès des startups, PME et ETIs à impact environnemental positif afin de les aider à se déployer.  Avec un portefeuille d’1 milliard d’euros d’actifs en 2020, la société a permis d’éviter l’émission de 3,9 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions de 2 millions de voitures en une année (source). Si la trajectoire vers la neutralité carbone des territoires mobilise largement les secteurs de l’innovation et de la recherche, le domaine de la finance y tient un rôle déterminant dans sa capacité à aligner les portefeuilles d'investissements avec les objectifs bas carbone. Flécher les investissements vers des sociétés à impact positif, innover dans les modes de financement, mesurer l’impact des projets et des investissements et aligner toutes les parties prenantes : voici les principaux défis auxquels devra faire face le secteur de l’investissement pour s’adapter à la trajectoire vers la neutralité carbone !

 

Repeupler les écosystèmes forestiers pour augmenter les puits de carbone

Achetez un arbre ou une forêt, suivez sa croissance et sa gestion forestière, puis percevez la recette lorsque l’arbre adulte est exploité pour produire du bois d'œuvre durable. Voici ce que propose Ecotree, startup spécialisée dans la valorisation des forêts françaises et de leur biodiversité, et accompagnée par l'incubateur de l’Urban Lab. Le projet rassemble aujourd’hui plus de 50 000 particuliers, un millier d’entreprises et dispose d’environ 1 000 hectares de massifs boisés en Bretagne, en Bourgogne et dans le Limousin. La start-up oeuvre au renouvellement de la forêt, via une méthode sylvicole dite "proche de la nature", qui protège la biodiversité et contribue à créer des forêts durables. Ces forêts constituent également des puits de carbone importants, fondamentaux pour atteindre les objectifs de neutralité carbone à l'échelle mondiale. Mais attention, si les forêts représentent le 2ème plus grand puits de carbone de la planète, juste derrière les océans, cela ne fait pas d’elles un outil magique de compensation carbone individuelle pour les entreprises, mais bien un moyen d'absorber leurs émissions incompressibles. Car le meilleur CO2 n’est pas celui que l’on compense, mais bien celui que l’on n’émet pas !

Retrouvez le manifeste carbone d’EcoTree par ici !

 

Cette seizième Belle Histoire de l’Urban Lab est inspirée du dernier atelier métier du même nom que nous avons organisé le 14 décembre dernier pour nos partenaires. Nous sommes là pour vous aider à réfléchir et agir au sein de vos structures sur ces enjeux. Si vous souhaitez aller plus loin, n’hésitez pas à nous contacter à l'adresse email suivante : urbanlab@parisandco.com

Partager sur :

Lire aussi #Bonnes Pratiques

Des événements accessibles et inclusifs au service du vivre ensemble

D’après l’OMS, environ 25% de la population mondiale souffre aujourd’hui de troubles sensoriels, moteurs, cognitifs, mentaux... qu’ils s’agissent de seniors ou de personnes en situation de handicap, de façon temporaire, évolutive ou irréversible[1]. En France, l’INSEE estime à près de 13 millions le nombre de personnes en situation de handicap, soit près de 20% de la population active française[2]. Ces chiffres peuvent paraitre élevés, mais résultent du fait que 80% des personnes en situation handicap sont porteuses d’un handicap invisible (sensoriel, cognitif ou psychique)[3].

Ancrons l'activité physique dans notre quotidien – Des solutions profitables à portée de main [Partie 2]

propulsé par Le Tremplin

Le mois dernier nous avions mis la lumière sur le constat alarmant du manque d’activité physique dans le quotidien des Français. Les études sont unanimes, la sédentarité s’enlise dans notre société. Pour la contrer, il nous semble nécessaire que l’ensemble des acteurs des territoires se mobilisent et se coordonnent afin de repenser la place de l’activité physique dans le quotidien des Français. Design actif, nudge, balades ludiques, gamification expérientielle… nombreux sont les outils à disposition des collectivités pour permettre la création d’aménagements favorisant la mise en mouvement et la mobilité des citoyens. 

Mais au-delà de repenser et retravailler les espaces publics, il nous parait également nécessaire de démystifier, en parallèle, le regard de la population face à l’activité physique. Outre la salle de sport et la pratique en club, il y existe de nombreuses autres manières accessibles et personnalisables, permettant à tous de rester actif au quotidien.

adidas and Le Tremplin by Paris&Co join forces to launch the adidas Breaking Barriers Innovation Lab.

propulsé par Le Tremplin

The adidas Breaking Barriers Project is a commitment from adidas to enhance the capacity of the sports system to serve women and girls. As part of this commitment, we are proud to launch in partnership with adidas an exciting program for innovative European startups: The adidas Breaking Barriers Innovation Lab.