Aller au contenu

En bref

NOIL, la startup qui redonne une seconde vie à vos 2-3 roues essence

Dans cette situation de crise sanitaire si exceptionnelle, les modes de déplacements personnels seront très probablement privilégiés tant ceux de mobilité douce (le vélo, trotinettes...) que ceux de mobilité active (la voiture électrique ou thermique et les scooters 2-3 roues). Souvent synonyme de flexibilité et de rapidité à aller et venir, le scooter est privilégié pour les déplacements en ville mais également par la logistique du dernier km (livraison de repas par exemple). Selon l’étude Le marché des motocycles de Xerfi, en 2018, le parc de scooter essence était égal à 1,3 millions en France. 

La LOM (Loi Orientation des Nouvelles Mobilités) impacte très peu les véhicules 2-3 roues. Cependant, d’autres réglementations viennent toucher ces véhicules. En effet, chaque véhicule (4roues, 2 roues ou 3 roues) doit être équipé d’une vignette “Crit’air” afin de réguler la circulation des véhicules les plus polluants comme on a pu le voir durant les pics de pollution dans la capitale, et même dans les prévisions des années à venir. Prenons l’exemple de l’agglomération de Lille, à partir de Juillet 2020, toutes les vignettes Crit’Air 4 seront interdites à la circulation et d’ici Juillet 2022 au tour des vignettes Crit’Air 3. Que faire pour continuer à circuler en scooter ? Avec quel scooter seront-nous sûr de pouvoir rouler même en 2030 ?  

Le fléau du scooter essence 

Le scooter est aujourd’hui un moyen de mobilité certes flexible permettant de se déplacer rapidement, mais néanmoins controversé. En effet, des associations se liguent contre les scooters à essence pour 2 raisons principales : la pollution sonore de ces véhicules mais également la pollution atmosphérique. Quelle solution existe pour résoudre ces deux problèmes majeurs ? Selon une étude menée par la startup NOIL, seulement 2% du parc français de scooter 2-3 roues est électrique alors que 75% des français se disent prêts à changer cette habitude de mobilité et passer à l’électrique.  

Les scooters électriques apportent aux conducteurs un meilleur agrément de conduite permettant également de diviser par 3 les coûts d’utilisation de leur scooter. De plus, la durée de vie d’un scooter électrique est bien supérieure à celle d’un scooter thermique car la motorisation électrique est plus fiable. Le parc de scooter électrique ne pourra qu’augmenter en vertu des restrictions liées aux vignettes Crit’Air, mais également, du fait que certaines grandes villes françaises comme Paris vont rendre le stationnement des scooters à essence payant contrairement à celui des scooters électriques qui restera gratuit. Les conducteurs auront-ils comme unique possibilité d’abandonner leur scooter à essence et d’acheter un scooter électrique ? Comment rendre cette transition énergétique avec un impact environnemental le plus positif possible ?  

En route vers une transition énergétique 

C’est parce qu’ils avaient envie de rouler au green que Raphael Setbon, Victor Breban et Clément Fleau se sont mis en route vers une aventure entrepreneuriale. Dans un souci d’économie circulaire, les 3 amis se sont réunis dans un de leur garage autour d’un ancien scooter en panne afin de créer leur premier prototype d’électrification de scooter et redonner une seconde vie à cet ancien modèle. En 2019, la startup NOIL voit le jour pour développer et proposer le premier service de conversion de scooter essence en scooter électrique. La technologie développée permet à la startup de proposer 2 offres : un service d’électrification de scooter en uniquement 48 heures et la vente de scooter électrifié pour les non-propriétaires de véhicule 2-3 roues.  

Ce kit d’électrification permet à nos utilisateurs de diviser par 3 leur coût d’usage par rapport à un véhicule à essence. De plus, ils bénéficient désormais d’un véhicule avec un agrément de conduite incroyable et garanti sans bruit et sans odeur, idéal pour un usage urbain respectueux de son environnement ! Les 3 amis souhaitent accélérer la transition vers une mobilité urbaine durable. "Nous sommes convaincus que l’électrification du parc actuel de véhicules 2/3 roues est la solution vertueuse” qui va permettre de répondre aux enjeux d’aujourd’hui et de demain avance Clément co-fondateur de NOIL.  

Un impact environnemental positif pour les scooters  

NOIL s’engage à recycler 100% des pièces issues du processus d’électrification en insérant sur le marché des pièces d’occasion, ou en les recyclant. Sur le marché de la conversion de scooter à l’électrique, NOIL n’a aujourd’hui pas de concurrent direct en France. C’est ainsi que la startup souhaite permettre à de nombreux conducteurs de bénéficier d’un véhicule électrique respectueux de l’environnement.  

D’ici 5 ans, les 3 cofondateurs ambitionnent d’être “présent en Europe dans certains pays où le marché du scooter est important comme l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne ou encore la Belgique” avance Raphael de NOIL.