Aller au contenu
My chef is smart

En bref

  • Date de création :

    14 janvier 2020
  • Date d'incubation :

    Mars 2020
  • Fondateurs :

    Valentine Gripon
  • Site internet :

    https://mychefissmart.com/

My Chef is Smart, une offre de restauration nomade, gourmande et nutritive

Quel est le concept de My Chef is Smart en quelques mots ?

My Chef is Smart crée des repas déshydratés, sous-vides et prêts à l’emploi, qui couvrent 100% des apports en macro et micronutriments (minéraux et vitamines), tout en conciliant plaisir et gain de temps. Nous personnalisons nos offres avec des menus composés de 4 repas (petit-déjeuner, déjeuner, collation et dîner) et adaptés aux besoins nutritionnels de différentes typologies de personnes (sportifs, femmes enceintes, personnes atteintes de maladies chroniques…). Tous nos repas sont réalisés à partir d’aliments bruts, qui sont cuisinés puis séchés et conditionnés sous vides en portions individuelles. Pour les consommer, il suffit de les réhydrater, puis de les réchauffer quelques minutes.

Comment est née l’idée de ce projet ?

À la fin de mes études en école de commerce, j’ai rejoint le secteur des médias en direction de projets digitaux ; je travaillais énormément et, comme j’avais peu de temps pour déjeuner ou dîner, j’étais en quête de solutions de repas rapides et nutritives. Je cherchais une solution qui soit autre qu’un substitut comme les barres, les poudres ou boissons que nous pouvons retrouver dans le commerce, mais également autre qu’une salade ou sandwich car je voulais un repas qui puisse être consommé rapidement tout en étant complet. Et, un dernier point important, j’avais envie de quelque chose avec du goût, de la texture, des couleurs et des saveurs. Comme je ne trouvais pas de solutions remplissant tous ces critères, je me suis lancée dans l’aventure. J’ai sollicité un laboratoire pour qu’il puisse m’accompagner dans la création de ces produits mais, au fur et à mesure, je me suis aperçue qu’il était difficile pour eux de créer des recettes uniquement à partir d’un cahier des charges nutritionnel. Il y avait deux raisons à cela. Premièrement, il n’existait pas de logiciel de R&D permettant de trouver les bonnes combinaisons d’aliments pouvant couvrir les besoins nutritionnels demandés. Ensuite, il n’y avait pas de procédé de fabrication qui garantissait le maintien des propriétés nutritionnelles et organoleptiques des produits. Avec l’aide d’un comité scientifique, nous avons finalement réussi à développer un logiciel puis un procédé de fabrication adapté, c’est ma première startup, Wuji & Co. Puis, pour commercialiser mes produits, j’ai créé une deuxième entité, My Chef is Smart, qui est donc avant tout une marque, un concept, illustrant le savoir-faire de Wuji & Co.

Quelle est ta cible et où pouvons-nous retrouver tes produits ?

Pour l’instant uniquement en me téléphonant [rires]. Mon objectif est de commercialiser les produits au plus vite et de réaliser la preuve de concept d’ici la fin de l’année. 
Nous nous adressons à plusieurs marchés mais aujourd’hui la demande vient essentiellement des établissements de santé et bien-être. Ces structures reçoivent à la fois des personnes en ambulatoire (dont la durée de séjour est d’une journée) et d’autres sur deux à trois jours, ce qui rend difficile la gestion des entrées et sorties et la proposition d’une offre de restauration intégrée dans leur établissement. Elles font donc appel à des solutions extérieures, généralement très peu complètes et gourmandes. C’est pour cela que nous souhaitons nous positionner sur ce marché, avec une offre de repas personnalisée et adaptée aux profils des personnes hospitalisées, en soin ou en suivi.

Tu me disais à l’instant que tu avais rencontré des difficultés dans la conception de ton logiciel de R&D ; quelles sont les autres difficultés auxquelles tu as dû faire face dans la suite de ton parcours ?  

La première difficulté a effectivement été de réussir à trouver les bons procédés de fabrication, que ce soit en termes de préparation, de découpe ou de cuisson, mais aussi les bons procédés de conservation. L’objectif était de créer un procédé qui permette de garantir les propriétés organoleptiques et nutritionnelles des aliments, sans faire appel à de l’enrichissement. Et cela nous a demandé beaucoup de temps.
Une autre difficulté a été de se faire accompagner, bien que nous ayons finalement réussi à obtenir de l’aide, notamment de la BPI pour le financement.
Ensuite, un point essentiel pour nous a été de dépasser la barrière psychologique du déshydraté auprès des consommateurs. Dans les mœurs, le déshydraté est considéré comme un produit moins bon et rempli de conservateurs, alors qu’en réalité c’est tout l’inverse. Avec My Chef is Smart, nous pouvons proposer des produits aussi qualitatifs voire meilleurs que le surgelé par exemple. Nous proposons des recettes saines, gourmandes et rassasiantes. C’était important pour nous de proposer des recettes avec différentes textures et de la mâche car, si notre offre permet de gagner du temps sur la préparation, l’objectif est de permettre au consommateur de profiter de ce temps gagné pour savourer son repas.

Et comment as-tu fait pour surmonter ces différentes difficultés ?

Pour la R&D, cela a été de prendre mon mal en patience [rires] ! J’y ai passé beaucoup de temps, beaucoup de rencontres et d’échanges, beaucoup d’essais… Et pour dépasser la barrière psychologique, nous avons réussi à redonner un aspect gourmand et sain grâce la communication et à notre identité graphique !

Comment Smart Food Paris t’accompagne-t-il dans ce parcours ?

Smart Food Paris m’accompagne de plusieurs façons. Nous bénéficions d’un suivi régulier et nous disposons de nombreux outils, nous avons également des échanges formels ou informels avec l’équipe, des experts du secteur agroalimentaire et différentes personnes du réseau de Paris&Co. Cela a été très important pour moi car j’ai notamment pu échanger avec des entrepreneurs des autres plateformes d’innovation de Paris&Co, celles dédiées à la santé et au sport, ce qui m’aide à me positionner sur ces deux secteurs. J’ai également participé au Hacking de l’Hôtel de Ville où j’ai rencontré de potentiels clients. Et, au-delà du réseau, des synergies entre les différentes plateformes et des salons, il y a également les locaux de Smart Food Paris qui sont très chouettes !

Quels combats souhaites-tu mener dans le secteur alimentaire ?

Je souhaite replacer l’alimentation dans son rôle premier et primordial qui est de nourrir, en réussissant à trouver de nouveaux procédés de formulation et de fabrication qui permettent de conserver toutes les propriétés des aliments à l’état brut et ainsi proposer des repas sains, gourmands et apportant tous les nutriments essentiels. Je veux lutter contre les procédés de transformation qui sont vraiment catastrophiques. Lorsqu’on utilise des matières premières brutes, comme des carottes ou du chou, une fois qu’elles sont transformées, elles perdent tous leurs nutriments et peuvent devenir nuisibles pour la santé. C’est donc un véritable combat de réussir à montrer que nous pouvons, avec le déshydraté, proposer des repas aussi riches en vitamines et minéraux que le frais. Toutefois, notre offre n’a pas pour objectif de remplacer les produits frais mais plutôt d’aller chercher des parts de marché aux produits surgelés qui sont, selon moi, peu durables et écologiques. Et je pense que les aliments déshydratés ont toutes leurs chances. En résumé, nous proposons une offre alimentaire nomade et nutritive aux établissements ou entreprises n’ayant pas la possibilité de proposer du frais mais qui souhaitent offrir à leurs clients des repas tout aussi qualitatifs.

 

Bandeau Portrait Food

Quel serait ton portrait food ? Si tu étais un plat ? un ustensile ? une épice ?

Si j’étais un plat, je serais un croque-monsieur.
Si j’étais un ustensile, je serais un fouet… enfin je dis cela avec humour bien-sûr !
Si j’étais une épice, je serais du poivre.

Ta recette fétiche ou pêché mignon ?

Ma petite préparation du matin : banane écrasée, germe de blé, noix et citron.

Aurais-tu un restaurant à nous conseiller à Paris ?

Le Praprika, un restaurant familial dans le 9e avec un super rapport qualité-prix (28 Avenue Trudaine). Vous pouvez y déguster de délicieuses spécialités hongroises !

Retrouvez toutes ces adresses sur la carte Mapstr de Smart Food Paris !