Aller au contenu

Publié le :

Comment les villes européennes se serrent les coudes pour attirer les startup internationales

#International #Veille

La politique isolationniste de Trump et le Brexit ont-ils définitivement fermé les portes des investissements étrangers auprès des entreprises européennes ? Comment les métropoles européennes se démarquent-elles pour rester attractives, alors que leurs pépites entrepreneuriales sont plus que jamais tentées de traverser l’Atlantique à la recherche d’un marché global ? Au-delà de la compétitivité stimulante entre grandes capitales européennes de la tech, c’est plutôt une collaboration vertueuse et fructueuse qui s’amorce depuis quelques années. Paris&Co était invité au talk "Global tech ecosystems VS global isolationism" au SXSW d'Austin en mars pour évoquer ce sujet.

L’innovation s’affranchit des tensions politiques

A l’instar du programme Startup City Alliance Europe (SCALE) qui ne propose pas moins que de promouvoir un écosystème de startup européennes pour les inciter à s’implanter sur les marchés locaux plutôt que de n’avoir que la Silicon Valley en ligne de mire, les métropoles du Vieux Continent démultiplient les ponts et les échanges de startup pour créer cette émulsion indispensable à l’émergence des licornes de demain. Les métropoles et les opérateurs, comme Paris&Co, l’agence de développement économique et d’innovation de Paris, travaillent ainsi dans des logiques d’ouverture de marché et de partage de compétences. Qu’importe le Brexit, la collaboration est étroite avec Londres notamment, via par exemple le partenariat fort avec London&Partners, homologue de Paris&Co outre-Manche et le lancement du Paris London Business Welcome par Anne Hidalgo et Sadiq Khan en octobre dernier, visant à faire circuler les startup entre la France et l’Angleterre.

Qu’importe le Brexit, la collaboration est étroite avec Londres notamment, via par exemple le partenariat fort avec London&Partners,

En off, malgré la main mise de Londres dans le secteur des fintech, la City s’intéresse de près au Swave, dernier né des incubateurs dans la fintech durable en France. En Allemagne, c’est Berlin Partners qui est associé à l’agence de l’innovation de Paris. Au-delà de nos frontières, la signature d’un partenariat avec Startup Mexico, l’un des principaux incubateurs du pays, offre aux startup mexicaines la possibilité de venir tester leur marché en France. Paris&Co s’associe également avec des villes dans le cadre de transfert de compétences sur des thématiques spécifiques comme le Welcome City Lab sur le tourisme qui exporte son modèle pour soutenir le MT Lab de Montréal. L’agence anime également l’un des événements les plus importants de l’année avec le Hacking de l’Hôtel de Ville, dont la 4e édition s’est tenue le 16 mars dernier et a accueilli plus de 1 100 startup françaises et internationales, des investisseurs, des élus, des grands groupes, de 70 nationalités différentes...

Une innovation pour des villes plus durables et inclusives

Au-delà de la réussite économique des entreprises qu’elles aident à faire émerger, croître et créer des emplois, les métropoles européennes se sont assignées le devoir d’une croissance durable, inclusive et génératrice de plus d’égalité. Des métropoles capables de prendre des risques pour soutenir des innovations de rupture, comme c’est le cas avec le projet « Deeptech4good », financé par la commission européenne, dans le cadre du programme Horizon 2020. D’une durée de deux ans, son objectif est d’identifier 20 startups européennes de la deeptech, qui seront les licornes de demain, l’Europe ayant une vraie carte à jouer dans ce domaine au regard de la qualité de ses ingénieurs et de ses programmes de R&D. Co-piloté par Paris&Co en France via le Club Open Innovation, cette initiative regroupe également sept autres partenaires européens. Le message est clair : si l’Europe a laissé passer la déferlante des startup de la tech jusqu’à la Silicon Valley, pas question de laisser passer la vague de la deep tech.

Si l’Europe a laissé passer la déferlante des startup de la tech jusqu’à la Silicon Valley, pas question de laisser passer la vague de la deep tech.

Les programmes d’expérimentations sont encore un exemple des possibilités d’accélération de projets français et internationaux, qui peuvent stagner au moment de leur lancement sur le marché. L’Urban Lab de Paris&Co offre ainsi à toutes les entreprises de pouvoir tester leurs solutions sur le territoire parisien, en conditions réelles sur des sujets qui concernent potentiellement toutes les métropoles, comme c’est le cas avec le dernier des appels à expérimentations sur la qualité de l’air. Côté climat toujours, Paris est à la tête avec Anne Hidalgo de l’initiative C40 Reinventing Cities, appel à projets international mobilisant différentes villes sur le sujet de la smart city.

Des offres dédiées aux startup internationales qui mettent Paris sur le devant de la scène

Depuis trois ans, Paris&Co a développé un programme d’échanges internationaux, baptisé le PLP_Explore, afin de permettre aux startup étrangères de tester le marché français avant de s’y installer, en partenariat avec d’autres structures européennes. Ainsi sur cinq éditions, près de 300 startup ont postulé au PLP_Epxlore pour 50 lauréats. Si un quart des startup sélectionnées, dont l’innovation réside dans les fintech, l’intelligence artificielle, les chatbot ou la ville durable, proviennent du continent européen, 30 % arrivent d’Asie, 20 % d’Afrique, 15 % d’Amérique du Sud et 12 % d’Amérique du Nord. Le French Tech Ticket également connaît un succès certain, qui permet d’accueillir les startup étrangères porteuses d’un projet ambitieux, 230 au total en deux ans. 

De fait, les financements suivent de près ces nombreuses initiatives comme le fonds French Tech Acceleration qui a financé pour 200 millions € les accélérateurs et les entrepreneurs. Pour quels résultats ? De jeunes pousses comme Gallinée, qui a levé des fonds auprès d’Unilever Ventures après son passage par le programme PLP_Explore, UNU Motors et Cgon, lauréates des Grands Prix de l’Innovation de la Ville de Paris catégorie internationale et de l’appel à expérimentations qualité de l’air pour la seconde, ou Slido, qui connait une forte expansion en France.

Cette effervescence a permis à la France de se démarquer sur la scène de la tech internationale : l’Hexagone se fait remarquer au CES de Las Vegas depuis deux ans avec la présence massive de startup issues de la French Tech, les success stories des petites françaises laissent rêveurs : Blablacar, Criteo, Deezer, Meetic, Devialet, SigFox, La Fourchette, Actility... La multiplication des structures d’accompagnement que sont les incubateurs et accélérateurs est à la fois révélatrice de cette émergence mais aussi de besoin de structuration et d’accompagnement de ces jeunes entreprises. Pour les chiffres, au total, la scène startup française compte 110 incubateurs et des accélérateurs de renom (et pas moins de 265 lieux d’innovation sont recensés sur l’ensemble du territoire du Grand Paris). Fruit de ce travail de longue haleine, Paris a ainsi été désignée comme capitale européenne de l’innovation en 2017 par la Commission Européenne et dans le top 3 des hub d’innovation mondiaux par Cap Gemini.

La multiplication des structures d’accompagnement que sont les incubateurs et accélérateurs est à la fois révélatrice de cette émergence mais aussi de besoin de structuration et d’accompagnement de ces jeunes entreprises.

Pour les startup françaises, l’investissement est en constante augmentation avec 70 % d’investissements supplémentaires en 2017 par rapport à 2016, soit 590 levées de fonds contre 242 l’année précédente. Au titre des levées emblématiques : City Scoot, qui a déployé sa flotte de scooters électriques à Paris et ses 40 millions €, GreenTech Recommerce, spécialiste du reconditionnement de smartphones, et ses 50 millions €, AnotherBrain, qui créé une intelligence artificielle contrôlable tout en étant auto-apprenante et ses 10 millions €... La France est devenue le premier pays d’Europe en termes de nombre d’opérations d’investissement en capital-risque.

Les forces de Paris : des talents que le monde s’arrache, avec une prédilection pour les ingénieurs informatiques et leur excellent niveau en mathématiques et en statistiques. La France est également quatrième en termes de centres d’innovation implantés sur son territoire avec Facebook, Samsung, SalesForce, General Electric, Google, Intel, qui ont toutes un pied à Paris. Facebook, qui a choisi d’implanter son centre de recherche sur l’intelligence artificielle à Paris. “La France est le pays des entreprises technologiques les plus innovantes dans le monde”, a déclaré l’an dernier Sheryl Sandberg, directrice générale de Facebook. Côté IA et big data, Serena Capital a créé un fonds dédié de 80 millions €, avec BpiFrance, BNP Paribas et MAIF investissement, pour les startup françaises et européennes.

Photo by rawpixel on Unsplash

Partager sur :

Lire aussi #International, #Veille

Natalie Rastoin, présidente d’Ogilvy à Paris : « Il faut rester très curieux des changements et très agile dans la transformation de nos entreprises »

propulsé par Paris&Co

Les femmes et l’entrepreneuriat, l’impact du numérique sur les métiers du futur, les limites du tout technologie et les facultés de l’humain à se transformer... Présidente d’Ogilvy à Paris, Natalie Rastoin s’engage aujourd’hui auprès de Paris&Co pour soutenir l’opération Option Startup et nous livre sa vision passionnante de l’entreprise et de l’évolution des métiers de la communication.