Aller au contenu

« Un Sportif dans la ville » : comment aujourd’hui faire du sport dans l’espace urbain

La crise que nous connaissons aura durement chamboulé l’agenda politique reportant le second tour des municipales près de trois mois après le premier tour. Mais, nouveau temps fort le 28 juin pour les municipalités où chaque sujet peut faire la différence chez les candidats. Créateur de lien social, levier touristique pour certaines villes, préservateur de la santé et du bien-être de ses habitants, lutte contre l’isolement… le sport a changé de dimension ces dernières années et ces derniers mois. Plus que jamais, il fait partie de la vie politique. A ce titre, selon la Direction générale des collectivités locales, le volet sport/jeunesse représentait déjà 10% des dépenses de fonctionnement pour les villes de plus de 3500 habitants en 2017.

Au-delà des bienfaits avérés par la pratique d’une activité physique, les élus doivent prendre en compte l’évolution des modes de pratiques. De la pratique auto-organisée, à l’activité en entreprise en passant par le regroupement de communautés autonomes en structure ou en nature, les collectivités doivent s’interroger sur leur modèle de politique sportive. Alors, une première question se pose : comment la ville s’adapte aux enjeux liés au sport ? Inversement, comment le sport impacte-t-il la transformation des villes et comment se réinvente-t-il pour occuper les espaces urbains non-conçus initialement à la pratique ? Revenant peu à peu à la situation normale avec la reprise des activités de sports collectifs depuis lundi 22 juin, la réponse doit être double pour les collectivités selon nous. Elles doivent non seulement s’appuyer sur leur parc d’infrastructures en y intégrant l’innovation et disposer d’une offre digitale incitative.

 

Il n’y a pas que les gymnases pour faire du sport !

 

Les lieux de pratique sont les points névralgiques du développement de la pratique sportive sur le territoire. Dans le modèle sportif français, les collectivités possèdent majoritairement les équipements et les financent. Le parc d’équipements est à la base de ce modèle et le Ministère des Sports a d’ailleurs créé un outil qui recense l’ensemble des équipements sportifs sur le territoire français pour aider les collectivités à une meilleure perception des inégalités territoriales dans la répartition des équipements. Cet outil est utilisé comme aide à la décision par les collectivités afin d’élaborer des stratégies autour de leurs équipements sportifs. Mais au-delà d’une disparité évidente, ces équipements sportifs sont souvent vieillissants, parfois vétustes, et très coûteux notamment lors de rénovations. Dans un avis présenté pour le projet de loi de finances de 2019, l’Association Nationale Des Elus du Sport (ANDES) faisait d’ailleurs référence à ce vieillissement : selon elle, 22 % des équipements sportifs ont plus de 50 ans d’âge et sont soit obsolètes, soit inutilisables. Les équipements classiques demandent ainsi de forts investissements, que toute collectivité ne peut nécessairement se permettre.

Parallèlement, les collectivités sont aujourd’hui confrontées à une évolution des modes de consommation du sport. Comme l’affirme Virgile Caillet, Délégué Général de l’Union Sport et Cycle, « les collectivités font face à une hybridation et une diversification de la pratique sportive qu’elles doivent prendre en compte ». Cette évolution démontre que la structure classique du gymnase communal n’attire plus vraiment les pratiquants. Selon le Baromètre nationale des pratiques sportives 2018 de l’Institut National pour la Jeunesse et l'Éducation Populaire (INJEP), 47% des personnes interrogées privilégient le plein-air pour la pratique de leur activité principale, contre 29% dans une installation sportive, tandis que 18% des Français choisissent leur domicile comme lieu de prédilection. Ces proportions sont d’ailleurs pleinement modifiées en ce moment avec l’impact des mesures sanitaires. La problématique pour les collectivités est ainsi de réaménager et d’animer les différents lieux de pratique.

D’ailleurs, des solutions simples existent pour permettre aux habitants de s’approprier l’espace urbain afin de pratiquer une activité physique sans devoir fréquenter un gymnase. Déjà, quelques coups de peinture ou aménagements peuvent rendre plus agréable un lieu de pratique comme le montre les projets de playgrounds montés entre la marque Pigalle et Nike à Paris ou le Engie Harmony Project à Mexico. Ce dernier a donné naissance à une installation artistique et lumineuse unique permettant aux habitants de se réapproprier le centre sportif Gómez-Farías, normalement sombre le soir et peu sûr.

 

Rendre ainsi des lieux plus harmonieux, accessibles et accueillants permet de replacer le sport au cœur de la vie quotidienne des citoyens. C’est donc une nouvelle relation entre sport et urbanisme qui voit progressivement le jour à l’image de la direction Sport et Vie Associative de Carqueiranne. Cette ville du Var a inauguré le 2 mars dernier un nouvel espace urbain dédié au sport et aux loisirs, imaginé comme un lieu de rencontre intergénérationnel, mêlant espace de street workout et parc arboré. Au-delà de l’harmonie des lieux, l’aménagement de mobiliers sportifs au cœur des villes constitue aussi un moyen facile et efficace d’encourager la pratique sportive. Ainsi, les structures sportives connectées Airfit permettent à près de 200 collectivités en France et dans le monde de proposer des lieux de pratique accessibles à tous.

Ce lien entre sport et urbanisme doit donc émaner d’une collaboration plus soutenue entre collectivités, promoteurs immobiliers et architectes. Les bâtiments existants, délaissés, inutilisés, vieillissants d’une ville deviennent les meilleurs spots pour redonner une seconde vie grâce au sport.  De nombreux exemples permettent aujourd’hui d’entrevoir une nouvelle manière d’utiliser les bâtiments :

- Il est désormais possible de courir sur le toit d’un immeuble à Londres bien que l’accès soit réservé aux employés des sociétés locataires du bâtiment.
- Faire du basket 3x3 sur le toit d’un des bâtiments du village olympique de Paris 2024 sera possible après les Jeux.
- Ou encore, il est possible de faire de l’escalade et du ski sur le toit de l’incinérateur de déchets Copenhill au Danemark.

 

En France d’ailleurs, dans le cadre du plan héritage des Jeux Olympiques et Paralympiques, le gouvernement a élaboré 170 propositions pour « Faire mieux grâce aux Jeux ». Afin d’encourager le développement de nouveaux lieux de pratique, un concours national d’idées sera organisé chaque année entre 2020 et 2024 à l’attention des étudiants d’écoles d’architecture et d’écoles d’ingénieur sur des concepts innovants d’équipements sportifs de proximité.

Dans un autre ordre d’idée, le Ministère des Sports s’intéresse de près à la technique du nudge pour repenser les espaces urbains et développer l’activité physique des citoyens : ce sont des suggestions, des incitations douces portées à un individu ou consommateur pour modifier son comportement.  En 2018, le Ministère a soutenu le Nudge Challenge porté par NudgeFrance, un concours d’idées pour encourager à la pratique d’activité physique et sportive. Ce concours a récompensé plusieurs projets dont un projet qui met en place des questions/réponses visant à inciter les étudiants à prendre l’escalier plutôt que l’ascenseur.

Les collectivités s’engagent aussi plus largement pour développer ces leviers incitatifs. Dès 2009, la ville de Stockholm avait installé des touches de piano sur les marches d'une station de métro pour pousser les citoyens à utiliser l’escalier plutôt que l’escalator. Inversement, le sport peut aussi être utilisé comme un nudge pour d’autres problématiques. Depuis 2019, la ville du Havre a ainsi mis en place des paniers de basket munis d’un sac poubelle et des marelles devant les corbeilles afin d’améliorer la propreté de ses espaces publics.

Ainsi, les collectivités n’ont pas besoin d’investir massivement dans les infrastructures afin de développer la pratique sportive du territoire. Dans le même esprit, les solutions numériques peuvent constituer un vecteur de développement intéressant pour rendre leurs citoyens plus actifs.

 

Accompagner, faciliter et inciter la pratique sportive grâce au digital

 

Dans un contexte de développement des Smart Cities, les villes se digitalisent par des applications ou objets connectés afin de proposer des services plus personnalisés à l’ensemble de ses citoyens. Dans ce contexte, de plus en plus de collectivités songent à utiliser des solutions digitales afin de permettre à leurs résidents de trouver rapidement une activité physique, un lieu pour la pratiquer et des conseils adaptés à leurs envies. Les Français, pendant le confinement, ont d’ailleurs commencé à s’acculturer plus massivement à l’utilisation du digital pour leur pratique sportive.

La Ville de Paris utilise aujourd’hui la solution Joinly (ex E-Cotiz) pour son dispositif Paris Sports Vacances. Comme l’affirme Guillaume Dufeutrelle, de la Direction de la Jeunesse et des Sports de Paris : « Numériser les inscriptions et les réservations aux activités sportives a conféré un gain de temps considérable aux parents, a facilité l’accès aux Parisiens aux programmes sportifs et a contribué à la démocratisation du sport. »

Cette digitalisation des collectivités passe également par l’accès à un catalogue d’activités et clubs sportifs à proximité de chez soi. Les municipalités pourraient entre autres s’appuyer sur un nouvel outil lancé par le CNOSF et BeSport « Mon Club près de chez moi ». La plateforme va recenser l’ensemble des clubs fédérés, les contenus et offres associées, et permettra ainsi à toute personne cherchant à pratiquer du sport au sein d’un club d’en trouver un facilement, près de chez lui, et d’entrer en contact avec celui-ci.

Au-delà du référencement de l’offre sportive, le rôle des collectivités est aussi d’accompagner et sécuriser la pratique autonome grâce à la digitalisation. Autonomie ne rime toutefois pas avec individualité : des municipalités ont ainsi commencé à se rapprocher de solutions innovantes afin de regrouper les individus et créer du lien social à l’image de la plateforme OuiRun. Cette application permet aux coureurs d’une même région de se réunir pour partager leur passion et progresser ensemble. « Les utilisateurs peuvent rejoindre des « runs » créés par d’autres OuiRunners, des marques, des collectivités ou des associations » affirme Antoine Delport, CTO de la startup. Et la startup a également développé l’outil OuiSafe, une application qui permet l'envoi simultané de messages d'alerte géolocalisés à plusieurs contacts prédéfinis en cas de danger. Les collectivités ont ainsi la possibilité grâce à cet outil d’encadrer la pratique autonome et la sécuriser.

D’autres solutions existent afin d’accompagner le pratiquant dans le financement de sa pratique : c’est le pari de la jeune startup lilloise GoMyPartner. L’application permet de financer sa pratique sportive (cotisation, équipement et autres projets sportifs) grâce à des achats effectués parmi des enseignes partenaires. « A l’image de notre partenariat avec la communauté d’agglomération Lens/Liévin, on accompagne les collectivités dans la mise en place d’une économie circulaire tout en développant la pratique sportive » affirme Sofiane Laurent, CEO de GoMyPartner. La digitalisation de la ville permet ainsi une véritable création de valeur pour les entreprises marchandes locales et renforce les liens entre acteurs économiques, sociaux et la collectivité.  

Pour d’autres villes, le sport devient un outil de valorisation et de découverte du territoire. La ville de Lyon a développé l’application enform@Lyon grâce à Mile Positionning (Runnin’City). Intégrant un GPS, celle-ci propose de découvrir la ville grâce à un audioguide touristique et des vidéos de coaching à travers des parcours conçus par la Direction des Sports de la Ville. « Au-delà d'un problème de santé publique, le sport est avant tout un loisir et un bien-être dans une ville comme Lyon boostée par un monde sportif professionnel qui rayonne. Ainsi, on souhaite inciter le plus grand nombre à utiliser l'application avec des intérêts sportifs mais aussi culturels » précise Yann Cucherat, adjoint au maire de Lyon délégué aux sports. Néanmoins, l’ensemble de ces actions ne sont intéressantes que si leur impact est connu et analysé, d’où l’importance de collecter des données.

 

Les bornes de comptage sont le meilleur exemple de cette remontée d’informations. Avoir plus de data sur l’utilisation du vélo est bénéfique sur les choix et arbitrages réalisés par la municipalité. Toutes les grandes villes, à l’instar de Bordeaux, Lyon, Paris ou encore Nantes, utilisent aujourd’hui des compteurs vélo automatiques pour obtenir des données fiables et objectives sur l’utilisation réelle du vélo en ville, que ce soit en tant que pratique sportive ou moyen de transport. L’utilisation de données relatives à la pratique est centrale pour les collectivités afin d’analyser les retours sur investissements et prendre les meilleures décisions. Helloways, qui vous trouve des parcours de randonnées adaptés, travaille déjà avec les collectivités en valorisant les espaces naturels. Pourtant, comme l’affirme Clément Lhommeau, CEO d’Helloways, « la remontée d’informations, sur la qualité des randonnées et les problèmes rencontrés sur les sentiers balisés, ne s’effectue que vers la Fédération Française de Randonnée Pédestre, mais pas encore vers les collectivités ». Des outils sont ainsi disponibles et facilement mobilisables pour les villes afin de récolter de la donnée et ainsi améliorer la qualité de service a posteriori.

 

Les villes sont désormais dans l’obligation de reprendre en main cet enjeu du sport si elles veulent conserver un lien fort avec leurs citoyens et entreprises. Les municipales 2020 représentent une belle opportunité de donner un nouvel élan au fait sportif au sein des villes. Il convient cependant d’être attentif aux propositions qui ne seraient qu’anecdotiques. « On ne construit pas de politique publique sur de l’anecdotique ni sur de l’urbanisme tactique », affirme Patrick Roult, chef du pôle haut niveau de l’INSEP. Créé en 2016, le label Ville Active & Sportive a d’ailleurs récompensé près de 400 communes françaises pour leur politique sportive vertueuse. Tout comme le label Terre de Jeux 2024, ces labels sont des leviers incitatifs pour les villes et collectivités plus largement à progresser sur ce sujet et valoriser leur « marque collectivité » où il faut bon vivre et s’installer.

Par ailleurs, très peu mentionné encore, le volet entreprise reste aussi à imaginer. Face au développement du sport en entreprise, les municipalités ne semblent pas encore armées pour participer à cette « privatisation de la pratique sportive ». Au-delà de l’accompagnement des citoyens, les entreprises sont des partenaires essentiels d’une collectivité, qu’il faut désormais satisfaire également car la concurrence est rude pour attirer les entreprises. Ce sujet sera-t-il abordé dans les futurs Parlements du sport mis en place par l’Agence Nationale du Sport ?