Aller au contenu

Quels sont les enjeux de la ville durable et inclusive de demain en Afrique ?

A l’horizon 2050, la population urbaine de l’Afrique devrait doubler pour atteindre 1,2 milliard d’habitants. Cependant, à l’heure actuelle, la moitié des aires urbaines n’ont pas encore vu le jour. Le 6 mars 2020 lors du Hacking de l’Hôtel de Ville, plusieurs experts du sujet étaient invités à échanger autour des enjeux de la ville durable et inclusive de demain sur le continent africain.

Les entrepreneurs au cœur du nouveau modèle de durabilité africain

Plusieurs entrepreneurs ont justement alimenté la discussion en présentant leurs parcours et leurs solutions. C’est le cas d’Alexandre Coster, fondateur et CEO du groupe Baobab +, qui a rappelé l’importance d’alimenter des réseaux de savoirs entre entrepreneurs africains et français afin de résoudre ensemble les challenges communs liés aux défis de la transition énergétique et du dérèglement climatique. Ces synergies doivent permettre au continent africain de ne pas reproduire les modèles européens mais bien de construire ensemble un nouveau modèle de durabilité. C’est l’objectif de la French African Foundation dont il est co-Président. Chaque année, une trentaine de jeunes ambassadeurs sont sélectionnés parmi plus de 2 000 candidatures pour développer les relations entre l’Afrique et la France. 

Repenser l’innovation

De nombreux entrepreneurs français ambitionnent de se développer à l’international en ciblant le marché africain. Alexandre Coster nous rappelle que l’explosion démographique à laquelle va faire face l’Afrique offre de nombreuses opportunités de réflexion afin de rendre les métropoles africaines inclusives et invite les entrepreneurs à développer leurs initiatives en Afrique. Il insiste également sur la nécessité de repenser l’innovation à travers le prisme des enjeux ouverts par la nouvelle donne climatique. Innover oui, mais différemment, en proposant des produits et services utiles, durables et produits localement.

Entreprendre en mettant l’accent sur l’impact social de son entreprise, c’est le pari qu’il a fait avec Baobab + qui agit dans les domaines de l’accès à l’énergie et du digital en distribuant des kits solaires aux populations africaines rurales sur le modèle du « pay-as-you-go ». Grâce au système de contrôle et de paiement à distance, chaque utilisateur peut s’acquitter de plusieurs semaines d’électricités en avance ou tout régler au jour le jour, selon ses besoins. Le kit aide également à récolter certaines données sur les historiques financiers des ruraux, leur permettant ensuite d’accéder à des financements bancaires. La technologie de Baobab + permet ainsi d’accélérer l’inclusion financière des populations pauvres. Depuis 2018, l’entreprise propose aussi des tablettes éducatives alimentées par ses kits solaires afin de lutter contre l’analphabétisme et la déscolarisation dans les régions les plus isolées.

Privilégier les actions locales

L’un des principaux enjeux du continent africain reste le système de santé. Aujourd’hui, moins de 2 % de la population africaine détient une assurance santé. Bien que cela ne garantisse pas l’accès aux meilleurs traitements, la première solution adoptée par la population est encore le recours aux transferts d’argent par la diaspora vers le continent africain. La fondatrice de Susu Cares, originaire du Bénin, a donc décidé de faciliter l’accès au système de santé en proposant une solution complète de suivi du patient couvrant les soins préventifs ainsi que la prise en charge des maladies chroniques, les frais de consultations, de médicaments, d’hospitalisation. L’entreprise a pensé son business model de manière locale en développant des offres propres aux différents besoins de la diaspora africaine dans le monde. Comme Susu Cares, de nombreuses initiatives voient le jour dans les différents pays africains. Digital Africa propose d’aider à structurer le tissu entrepreneurial en cartographiant ces initiatives sur le continent. La plateforme permet aussi aux entrepreneurs de communiquer comme sur un réseau social et également d’être mis en relation avec des fonds d’investissements ou business angels.

Reconsidérer le continent africain pour répondre aux enjeux du dérèglement climatique

Les Européens ont encore tendance à limiter l’Afrique au nord du continent alors que le tissu entrepreneurial est déjà bien structuré dans l’est et l’ouest du pays. Alexandre N’Guessan, fondateur de XtechCloud insiste sur les initiatives déjà nombreuses sur le continent africain et les pays en avance en termes de levées de fonds comme l’Egypte ou le Nigéria. Son entreprise, basée en Côte d’Ivoire et à Paris, fournit des services et solutions numériques afin d’aider les entreprises dans l’organisation et le pilotage global de leur chaîne logistique (gestion de flottes, ERP, gestion des objets connectés ou des notifications). A travers une seule plateforme, le client peut développer son approche de logistique intelligente en ayant une vue d’ensemble depuis l’achat jusqu’à la livraison chez l’utilisateur. Cette nouvelle approche de la chaîne logistique garantit de nombreux gains économiques, sociaux et environnementaux en permettant au client d’optimiser ses chaînes de livraison et de limiter son impact sur le dérèglement climatique.

Alexandre N’Guessan interpelle les entrepreneurs africains sur les programmes d’accompagnements et autres dispositifs dont ils peuvent bénéficier en France et à Paris dont le Paris Landing Pack Explore de Paris&Co et qui se développent sur le continent africain. Il les invite à postuler aux différents concours comme celui des Grands Prix de l’Innovation de la Ville de Paris dont l’une des catégories est dédiée aux initiatives portées par des entrepreneurs africains. 

Les enjeux de forte urbanisation du continent africain sont mondiaux et questionnent les modèles de développement économique du reste du globe. Le maintien de relations fortes entre l’Afrique et la France est l’une des clés afin de repenser nos modèles de durabilité et permettre aux métropoles africaines d’adopter un nouveau paradigme. Comme nos experts l’ont évoqué, il y a une volonté forte d’impliquer les entrepreneurs et de repenser l’innovation afin de construire ensemble une société sobre, durable avec des produits et des services utiles et locaux.

 

La table ronde « Enjeux de la ville durable et inclusive de demain en Afrique » réunissait Karim Sy, président de Digital Africa : une plateforme numérique permettant d’interconnecter les entrepreneurs africains avec les écosystèmes de l’innovation locaux et internationaux ; Alexandre Coster, co-président de la French African Foundation : programme de jeunes ambassadeurs africains et européens qui contribuent à construire des ponts entre l’Afrique et la France et fondateur et CEO du groupe Baobab +, Alexandre N’Guessan, CEO d’Xtechcloud et Solenn Marquette, COO de Susu Cares.

 

Pour en savoir plus sur :