Aller au contenu

Fitness : plus d'excuses pour ne pas s'y mettre !

Selon une étude menée par l’UCPA, 69% des 16-25 ans ont une activité sportive pour rester en bonne santé. Seraient-ce les problèmes environnementaux ou de malnutrition qui poussent les gens à faire du sport en recherche d’une vie plus saine ? Les Millennials et la Génération Z, autrement dit les personnes nées après 1979, font de plus en plus de sport. Le fitness est une des nouvelles pratiques que les jeunes affectionnent particulièrement. Aujourd’hui, 80% des personnes qui vont dans des salles de sport sont issues de ces deux générations. Que ce soit en club ou de manière plus libre, le secteur du fitness est un marché en pleine expansion ; témoin de ce développement, Google a récemment racheté Fitbit pour 2,1 milliards de dollars. Dans un marché devenu hyper concurrentiel et face à des générations hyperconnectées, les professionnels du secteur explorent de nouvelles possibilités, de nouvelles expériences à proposer aux pratiquants. Symbole aussi de cette vitalité, SportsTechX estime à 4,6 milliards de dollars les investissements depuis 2014 dans le fitness. Offrir une pratique sportive expérientielle est désormais devenu omniprésent. Comment satisfaire ces nouvelles attentes ? Comment l’innovation permet de créer des moments uniques où on ne fait plus simplement du sport mais où l’on vit une véritable expérience ?

 

Une pratique de plus en plus individuelle du fitness que ce soit à la maison ou en club

 

Est-ce le rythme effréné des journées ? Le développement des réseaux sociaux ? Le fait est que de plus en plus de personnes boudent les espaces collectifs de pratique pour faire du sport chez eux. Faire du sport à la maison est un créneau dont s’est emparé le secteur du fitness. La technologie a permis de surpasser les obstacles poussant les gens à se rendre physiquement dans des lieux de pratiques tels des clubs de fitness. La technologie peut permettre aux adeptes du fitness de privilégier le confort de leur appartement pour faire du sport. Néanmoins, un suivi et un coaching de la pratique sont toujours recherchés. De nombreuses applications de coaching ont vu le jour, dominées notamment par Nike Training Club App ou Freeletics. Plus interactif encore, les sociétés Mirror ou Fittar ont développé un miroir qui permet de voir un coach virtuel grâce à un écran. Ces coachs virtuels offrent une aide précieuse notamment pour les débutants, favorisant la bonne pratique et prévenant ainsi les blessures. A ce sujet, la startup Fitcam permet grâce à une intelligence artificielle, de s’assurer de la bonne posture pour faire des push-ups, squats ou encore planches abdominales. Le but de ces innovations est simple : recréer l’expérience que peut fournir un coach sans bouger de chez soi.

Autre expérience aussi à laquelle s’intéressent les professionnels du secteur est la volonté de « créer un véritable moment ». Nicolas Devred, responsable des applications et de la connectivité de Domyos, l’affirme : « les utilisateurs ont montré leur volonté de vivre un moment d’évasion. Pour satisfaire leurs besoins, les côtés ludique et immersif doivent encore plus se développer. Aujourd’hui, on joue du sport, on vit le sport ». Témoin de cette tendance, Domyos a récemment conclu un partenariat avec Kinomap, éditeur d’applications d’entrainement indoor immersives, afin de créer plus d’émotions à travers les machines DOMYOS ; de quoi contrecarrer la séance du dimanche matin sur son vélo d’appartement face au mur au prix d’un effort mental insoupçonné où chaque minute est vécue comme une éternité. De quoi se préparer à prendre de bonnes résolutions pour 2020.

 

Ces innovations ont ainsi le pouvoir d’accompagner les sportifs dans leur pratique plus libre tout en voulant créer de nouvelles expériences. Néanmoins, le point négatif pourrait résider dans la motivation. Le fait d’aller dans un lieu pour pratiquer une activité semble être plus approprié afin de se donner un rythme grâce notamment à l’aspect social et communautaire que la pratique en club représente. C’est pourquoi le marché des salles de fitness ne cesse d’augmenter malgré l’émergence de ces coachs virtuels. Selon une étude réalisée par Deloitte, le fitness en France représente 5,7 millions d’adhérents et 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, ce qui en fait le 3e marché européen, juste derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni. Afin de capter les personnes qui délaissent les salles de fitness, certains acteurs du secteur misent fortement sur l’innovation pour améliorer l’expérience en club, au détriment d’un investissement conséquent dans l’optique d’obtenir un avantage concurrentiel et ainsi attirer de nouveaux clients. Pour plus d’interactivité, la startup Holodia a développé, à destination des salles de fitness, un casque de réalité virtuelle, qui, connecté à une machine, offre la possibilité de ramer dans le fleuve Amazone ou de se balader en vélo dans les rues de San Francisco.

Néanmoins, comme l’affirme une étude réalisée par RedBull, certains acteurs du secteur remettent en cause cette utilisation de la réalité virtuelle, dénaturant trop fortement la pratique sportive et ne permettant pas de se concentrer sur l’exercice physique. D’autres concepts ont alors vu le jour, comme celui des salles Dynamo en misant sur la réalité augmentée, moins dérangeante et déstabilisante pour les pratiquants. Le groupe Fitness Park teste dans ses clubs cette technologie ou encore Club Med Gym qui organise des sessions collectives de cycling affichant la route sur le mur, sont autant d’exemples qui montrent que la réalité augmentée est aujourd’hui envisagée comme une composante majeure du fitness.

Mais cette pratique individuelle du fitness ne va-t-elle pas à l’encontre des dimensions sociales ou éducatives véhiculées originellement par le sport ? Comment alors ajouter à cela une dimension collective ? Une société comme Peloton se trouve à la frontière entre pratique à domicile et pratique en club. En effet, l’expérience live qui permet de se retrouver dans un vrai cours depuis chez soi révolutionne le modèle classique, ce dernier dissociant le club de fitness et la maison et en mettant des barrières entre les deux. La société est aujourd’hui valorisée à près de 8 milliards de dollars.

 

Réinventer la pratique collective par une expérience partagée

 

S’attaquer à l’individualisme du sport n’est pas chose aisée, quand le phénomène principal tend à une pratique plus libre et plus personnelle. Pourtant selon « Les Mills Global Consumer Fitness Survey 2019 », 81% de ceux qui participent aux cours collectifs dans les clubs de fitness sont soit des Millennials (1979-1993) soit des personnes issues de la Génération Z (1994-2002). Ces deux générations hyper-connectées, réclament plus d’interactivité et de jeu dans leur pratique sportive. Comment répondre à cette cible exigeante pour les clubs de fitness ? Urban Expé, qui développe un divertissement sportif gamifié, pourrait être un des leviers à développer. « Ils sont embarqués dans une aventure et en oublient l’effort de leurs mouvements » affirme Nathalie Paquet, fondatrice d’Urban Expé. Le principe est de partager collectivement « un moment » autour d’un jeu ludique, le tout en faisant du sport. Ainsi, l’expérience collective peut aussi être apportée par les clubs de fitness même si certains abonnés de ces salles pourraient être réticents à l’idée de partager ce moment avec de parfaits inconnus. Enfin, l’expérience collective en salle de sport peut être issue de l’utilité de la pratique, quand l’utilité collective est déterminante dans le choix de faire du sport. C’est la raison d’être de la startup Cyclo Power Factory. Produire de l’énergie en faisant du sport grâce à ces vélos reliés au réseau électrique donne le sentiment d’être utile pour la société.

Toutes ces nouvelles expériences et l’émergence des nouvelles pratiques montrent que le sport veut et peut être consommé différemment. « Les gens ne veulent plus de contraintes. Ils veulent une pratique qui puisse les accompagner mais ils veulent changer d’activités quand ils le souhaitent » avance Damien Jacquart, responsable marketing et développement commercial à l’Union Sport et Cycle .Le côté « pluriel » de la pratique est ainsi devenu primordial, la possibilité de « switcher » rapidement est désormais un facteur inhérent au fitness. « 13 millions de français pratiquent des activités Fitness, mais « seulement » 6 millions sont inscrits dans une salle. C’est un univers en pleine mutation composé d’acteurs et de solutions multiples, qui tente de répondre à une attente croissante des français pour préserver leur santé ».

 

De l’individuel au collectif, en prenant en compte l’immersif ou le social, il n’est pas aisé pour les clubs de fitness de s’adapter à tous ces courants antinomiques. Des aménageurs urbains prennent cette tendance à contre-pied en voulant recréer une expérience club hors des salles de sport traditionnelles, en se réappropriant des espaces publics et proposer par-dessus des services de coaching. Les enseignes de fitness évoluent ainsi d’un modèle basé sur l’adhésion au club à celui de l’« expérience ». Elles profitent ainsi du développement massif dans de nombreuses collectivités, de lieux de pratiques communs, accessibles à tous, comme le propose Playgones ou la startup Airfit par exemple. L’expérience proposée résulte de l’interaction avec d’autres pratiquants, une expérience partagée aussi entre les générations. Une pratique multi-générationnelle particulièrement intéressante pour les enseignes de fitness, conscients du marché que représente également les seniors. Ces derniers sont de plus en plus poussés à faire de l’activité physique par leur médecin depuis l’émergence du sport sur ordonnance notamment enraciné par un décret du 30 décembre 2016. De plus, depuis le 18 novembre, la Sécurité sociale va prendre en charge la prescription d’activités physiques dans le cadre de traitements de cancers.

 

Néanmoins, l’expérience d’une pratique libre hors salle peut-elle s’accompagner de services équivalents à ce qu’on trouve dans les clubs de fitness ? Matériel, coaching ont été résolu. Qu’en est-il des vestiaires et des douches ? Certains professionnels du secteur cherchent à contourner cela, à l’image de Decathlon et ses douches déplaçables ou le camion deux en un développé par la startup Wheelness. Finalement, on constate que la pratique du fitness évolue rapidement et qu’elle nécessite désormais l’intervention de nouveaux acteurs, notamment des pouvoirs publics pour se développer, mais dont la volonté est par ailleurs celle d’inciter la pratique sportive au plus grand nombre. Ainsi, la Mairie de Paris propose notamment, des séances gratuites le dimanche matin, encadrées par des professionnels à travers son programme « Paris Sport Dimanches ».

 

 

Finalement, le fitness investit dorénavant notre quotidien et réduit considérablement notre capacité à argumenter ou justifier la non pratique d’une activité physique régulière. Tous les ingrédients sont là ; chez soi, dans une salle de sport, dans l’espace public et même à son travail ; l’accessibilité à la pratique sportive n’aura jamais été aussi simple et les acteurs du fitness en sont en grande partie responsables. Cette (r)évolution de la pratique du fitness contribue à lutter contre l’accroissement de la sédentarité, l’inactivité physique et permettra peut-être d’atteindre l’objectif des 3 millions de pratiquants supplémentaires en 2024, souhaités par Roxana Maracineanu, Ministre des Sports.