arrow-topblue-arrowcontact-uscrosseyefacbeooklinkedinmailmicronextplayplusprevroll-eyerollstudiometatel-orangeteltwitter
Paris&Co en français  Paris&Co in english
Menu Fermer

[#PORTRAIT] Hacking de l'Hôtel de Ville 2017 - Rencontre avec Anahita Eutrope

27.03.2017

Anahita a rejoint l’équipe d’investissement d’Aster il y a un an après avoir débuté dans le métier chez Idinvest. Elle se passionne en particulier pour les technologies émergentes (IoT, AR-VR, AI, Blockchain) et les modèles d’affaires innovants. Anahita est diplômée d’HEC Paris, de la Freie Universität Berlin et de Tsinghua University Beijing. De double culture franco-iranienne et globe-trotteuse dans l’âme, Anahita aime parcourir le monde et a vécu en France, en Allemagne, aux Etats-Unis et en Chine.
 
     Comment repérez-vous les start-up que vous envisagez de financer dans la masse qui se créée chaque jour ?

Nous avons trois grands canaux de sourcing : le premier est de faire de la veille sur les secteurs qui nous intéressent (essentiellement smart city, mobilité et industrie du futur pour Aster) pour voir les start-up qui ont le plus de visibilité ou sont en recherche de fonds, le deuxième consiste en un contact direct avec l’entrepreneur ou indirect via un intermédiaire de notre réseau, pour finir, il est possible de participer à des événements ou des forums pour rencontrer directement les entrepreneurs et assister à des sessions de pitchs.

     Au-delà du business model et des chiffres avancés, quelle est la part d'intuition dans le choix d'un projet ?

Le critère le plus important pour nous est l’équipe que l’on évalue via les qualités managériales, d’exécution et la complémentarité des co-fondateurs qui vont permettre de maintenir une certaine cohérence entre la vision et la mise en place d’un projet.
Nous construisons une expertise sur les secteurs et nouveaux marchés de notre scope d’investissement afin d’avoir une vision la plus aboutie possible d’un marché et à terme, où l’intuition est bien sûr de mise. Les statistiques montrent d’ailleurs que les investisseurs ont tort dans la plupart des cas ! A mon sens, il est important de rester ouvert, étant donné que tout évolue de manière très rapide.

     Comment se déroule le processus d’investissement, le process, l'intégration ?

Nous commençons par un premier rendez-vous avec l’équipe de management, puis nous débriefons en interne, nous avons un mode de fonctionnement très collégial. Si l’équipe s’accorde à dire que c’est intéressant, nous rentrons dans une phase d’analyse plus approfondie (visite dans les locaux de la start-up pour rencontrer le reste de l’équipe ou obtenir une démo du produit, revue détaillée du business plan et discussions avec quelques clients ou partenaires par exemple). A partir de là, une phase de structuration est amorcée, où nous délivrons une lettre d’intention, présentons le dossier à notre comité d’investissement et négocions les termes de l’investissement avec l’équipe.

     Quelle relation se tisse en suite avec le projet financé ?

Aster est organisé comme un business hub pour accélérer l'accès au marché et l'internationalisation des start-up que nous finançons. L'accès au marché reste difficile pour la plupart des start-up, nous nous y attelons grâce à notre modèle. Nous travaillons avec des grands comptes qui sont également souscripteurs industriels de notre fonds pour générer des partenariats en termes de collaboration technique, de proof-of-concept, premier contrat client, voire à un stade de maturité plus avancé, de partenariats de distribution. Le deuxième axe de notre proposition de valeur est l'internationalisation. Notre équipe, basée à Paris et San Francisco est active en Europe et aux Etats-Unis. Nous avons ensuite des fonds et des équipes dédiées sur des géographies plus lointaines qui nous servent également de relais pour le business développement de nos start-up. C'est le cas en Chine (Pékin) et en Afrique au Kenya (Nairobi).


Propos recueillis par Etienne Brunot, Étudiant du CELSA Paris-Sorbonne 

Et pour revivre l'intégralité du Hacking de l'Hôtel de Ville 2017, c'est par ici !